J’ai un truc à vous avouer…

Mes petits lecteurs farceurs,

J’ai un truc à vous avouer.

* prend son inspiration, roulement de tambour *

Je suis féministe.

PAN le gros mot est lâché, j’ai perdu la moitié de mes 12 lecteurs et demi, les dits 6,25 lecteurs m’imaginant déjà en grosse hystérique qui passe ses samedis soirs à faire du vaudou en plantant des aiguilles dans des poupées mâles barbouillés avec le sang de mes règles (En vrai, non. Si ça vous intéresse, je les passe plutôt à bouquiner dans un bain ou à picoler avec mes amis).

Au travail, j’ai commencé à bosser sur la place des femmes en sciences, et pourquoi il y en a si peu dans les laboratoires. Au début j’étais surtout contente parce que j’allais rencontrer plein de gens et voyager, même si je ne panais rien aux réunions dignes du pire enfer technocratique de la commission européenne. Pas grave. Dans ma carrière, j’ai souvent vu de la lumière et je suis rentrée alors que j’y connaissais rien.

Après  j’ai essayé de me renseigner, j’ai découvert plein de choses intéressantes et j’avais envie de les partager avec vous, que vous soyez féministe ou pas, femme ou homme ou aucun des deux. J’ai plein d’amis qui m’ont demandé, et à qui je passe des livres, des BD, des adresses de podasts, etc, alors pourquoi ne pas en faire profiter tout le monde hein ?

J’ai même l’intention de transformer tout ça en projet pro mais on en reparlera plus tard.

Le premier truc dont j’ai envie de parler, c’est l’émission podcast “La Poudre“.

Lauren Bastide reçoit dans une chambre d’hôtel une femme inspirante, artiste, activiste, politique pour une conversation intime et profonde sur son enfance, sa carrière et ses combats.

Comment les femmes qui font le 21ème siècle ont-elles été façonnées par l’éducation qu’elles ont reçue, les invectives de la société,  leur rapport à leur corps ?

Un nouvel épisode, un jeudi sur deux.

Je trouve cette émission très inspirante, elle m’a fait rire, réfléchir, parfois même pleurer, mais j’en ressors toujours contente avec l’impression d’avoir appris à regarder les choses autrement. Je découvre régulièrement des personnes dont je n’avais jamais entendu parler, ça donne envie de lire leurs livres, voir leurs films, ou alors je change complétement d’avis sur des personnes que je connaissais de nom mais sans plus. Elle parlent de leur enfance, de leur carrière, de leur place dans la société, de leurs drames parfois aussi. L’émission est toujours curieuse et bienveillante, et ça, ça me plaît bien.

Une dernière chose.

Je pense qu’il y a autant de féministes que de femmes, je me suis construit mes idées en m’inspirant de plein d’autres, mes copines féministes n’ont probablement pas les mêmes que moi. J’ai entendu un jour que les féministes c’est comme les syndicalistes : il y a plein de courants différents, pas tous d’accord entre eux, et dont les militants ne seront pas en parfaite harmonie sur tous les sujets (ils ont beau tous représenter des personnes impliquées dans une entreprise, essayez un peu de mettre d’accord la CGT et le MEDEF, qu’on rigole…).

Tout ça pour dire que je serai ravie de débattre avec vous, même et surtout si vous n’êtes pas d’accord, et que j’espère que ça se fera dans la joie, la politesse et la bonne humeur.

Cordialement bisous.

11 Replies to “J’ai un truc à vous avouer…”

  1. Et zut, ça à l’air contagieux ton truc, je crois que je suis aussi féministe >_<
    (en pls je connaissais déjà un peu La Poudre, donc ça à l'air assez bien installé chez moi cte chose)

    1. Haha j’espère contaminer pas mal de monde, c’est une bonne maladie ! Et si tu connais déjà la poudre j’en posterai d’autres en espérant que tu feras des découvertes 😉

      1. J’espère bien que tu en posteras d’autres, faut que j’analyse mon degré de contamination !

  2. A part être un gros con, on ne peut qu’être féministe!

    Ce qui m’inquiète c’est cette tendance à pousser chaque individu au big brother généralisé avec ou sans caméra (appel à la dénonciation). Et pas que pour les agressions. On en arrive a dénoncer le voisin qui n’a pas respecté la poubelle de tri ou s’est garé un peu mal à cheval sur une ligne et les exemples s’appliquent à tant de situations que ça me terrifie. L’homme se crée son propre système carcéral sans pour autant éviter toutes ces violences de “l’ombre”: parole de l ‘agressé(e) contre parole de l’autre sans témoin, violences sexuelles qui restent un secret de famille, on parle beaucoup des actrices, politiques qui heureusement peuvent parler, moi je pense surtout à toutes ses ouvrières qui subissent leurs patron, chef, sous-chef et qui ne diront jamais rien parce qu’elles ont besoin de leur boulot pour survivre.

    La nuit, l’ombre, la famille et tout ce qui est clos seront à jamais mystères et secrets. Et c’n’est pas la promesse électorale d’un sale fumier de petit roi de pacotille et des médias qui crachent en l’air pour faire rentrer le fric qui changeront quelque chose. Et perso je ne tiens pas du tout aux caméras et dénonciations aléatoires invasives.

    Certains humains sont de sales fumiers alors oui qu’ils passent en justice. Point.

    Mais ces ordures savent agir dans l’antre de la nuit humaine…

  3. ….Ces ouvrières…

  4. ….Leur patron….Bon j arrête là pour les corrections. Pfffff quelle chiasse!!!!!

  5. Moi je voudrais bien des prêts d’ouvrages sur le sujet. Et je vais de ce pas découvrir La Poudre, ça m’a l’air très bien tout ça.
    Tu vois, les autres années j’ai traversé le 8 mars dans plus de perturbation, mais cette année ça m’a chamboulé de voir le comportement de certains collègues, de réaliser que certains élèvent leur enfants en répétant les stéréotypes très genrés, et ça m’a vraiment peiné de me dire que ces enfants, filles ou garçons, étaient malgré leur jeune âge, déjà poussés vers ce qu’ils “doivent” être. Qu’une fille c’est forcément une princesse semi-hystérique qui pense dès le matin à comment houspiller son compagnon, qu’un garçon c’est forcément un ado attardé qui se complaît dans la médiocrité de sa bande de potes mous-qui-aiment-le-foot-et-boivent-des-bières.
    Et pour être complètement sincère, ça m’a même fait verser quelques larmes. De rage. Et de tristesse.

  6. Je suis triste parce qu’on ne changera pas le monde d’un coup de baguette magique hélas, que les actrices qui parlent ont plus de chance d’être écoutées que les victimes “ordinaires”, et qu’on reproduit encore de façon effarante des clichés tellement gros qu’ils en deviennent ahurissants.

    Après j’espère, à ma petite échelle, aider un peu mon entourage à y penser, lui donner des connaissances sur les problèmes de société autour de la place des femmes et des hommes, et que tous pourront y puiser de quoi se faire une petite briquette qu’on mettra dans un petit muret qui servira à construire un nouveau pan dans nos vies.

    Bref mes ambitions sont carrément modestes, je veux juste changer le monde 😀

  7. Moi pareil, alors on se comprend!:)

  8. […] semaine dernière, au moment où j’avais programmé la publication de mon premier article de féministe, j’étais en train de participer à un atelier qui s’appelait “Élargir mon […]

  9. […] semaine dernière, au moment où je publiais mon 1er article de féministe, je participais à une journée atelier “Élargir mon horizon professionnel”. Mon […]

Tu veux klaxonner aussi ?