La combinaison de Serena Williams, ou comment vous dire poliment (non) de vous mêler de ce qui vous regarde

Coucou les pioupious,

 

Vendredi et samedi dernier, la twittosphère, les réseaux sociaux et même la presse se sont emparés d’une affaire dans laquelle j’ai moi-même jeté allégrement ma pierre dans la mare avec une certaine exaspération.

Que s’est-il donc passé ? M.Giudicelli, président de la Fédération française de tennis, a affirmé dans une interview à Tennis Magazine qu’il comptait mettre en place un règlement sur la tenue des athlètes à Roland Garros. Je cite :

“Je crois qu’on est parfois allé trop loin. La combinaison de Serena cette année, par exemple, ça ne sera plus accepté. Il faut respecter le jeu et l’endroit. Tout le monde a envie de profiter de cet écrin. Si je fais passer une émotion avec quelque chose qui est beau dans un endroit qui est beau, l’émotion est magnifiée. (…) Pour 2019, c’est un peu tard car les collections sont déjà dessinées, mais on va quand même demander aux équipementiers de nous les communiquer”.

Je vous avoue que quand j’ai lu ça, mon sang n’a fait qu’un tour. Mais pourquoi tu t’énerves encore, me direz-vous ? (D’abord j’ai toujours pas repris la cigarette et ça me rend un peu zinzin par moment, mais là n’est pas la question, promis, même à 2 paquets par jour ça m’aurait énervée).

Serena Williams est une des plus grandes championnes que le monde du tennis ait connu. Sa compétence sportive est indéniable, ses nombreuses victoires sont là pour le prouver et personne ne peut y redire grand chose. Même moi, qui suis une quiche en sport, je sais que son parcours est incroyable.

Quel message transmet M.Giudicelli ? Il ne suffit pas que Serena Williams soit performante, il faut qu’elle soit belle, pour rehausser la beauté du cadre et magnifier l’émotion des spectateurs. La tenue qu’elle a portée ne respecte ni le jeu ni le cadre de Roland Garros.

Alors, comment dire…

D’abord, on ne demande jamais aux champions masculins d’être beaux. Ni d’être bien habillés. Roland-Garros a souvent été le terrain d’expérimentations vestimentaires plus ou moins hasardeuses. Personnellement ça ne me choque pas, je trouve ça même plutôt fun. La Fédération française de tennis a même organisé en 2016 une exposition intitulée « Jeu, set et mode » où étaient présentées des tenues portées par les champions de ce tournoi, et il y avait des trucs pas tristes dedans, j’aime autant vous le dire. Je crois que dans la liste des looks suprenants, mon préféré reste André Agassi avec sa coupe mulet et son short en jean par-dessus le lycra…

 

 

Oui, cette année la combinaison qu’a portée Serena Williams a fait sensation. Le vêtement est inhabituel, le design en a été réalisé spécialement pour elle par Nike, son habilleur officiel. « J’ai toujours voulu être une super-héroïne et c’est un peu une manière d’en devenir une. J’ai vraiment l’impression d’être une super-héroïne quand je la porte », a-t-elle dit en rigolant.

L’équipementier sportif a travaillé sur mesure : en dehors de l’esthétique originale, le vêtement est conçu pour aider la circulation sanguine et réduire les risques de caillots. Serena Williams a déjà souffert d’embolie pulmonaire et a accouché par césarienne avec de graves complications dues à des problèmes de circulation. On comprends qu’elle soit particulièrement vigilante sur sa santé. « J’ai beaucoup porté de pantalon en jouant, parce que cela favorise une meilleure circulation sanguine. C’est une combinaison marrante qui me permet de jouer sans aucun problème. » Et elle envoie un message de soutien à celles qui ont vécu des épreuves similaires : “Pour toutes les mamans qui ont eu une convalescence difficile après une grossesse – voilà. Si je peux le faire, vous aussi. Je vous aime tous !!!

 

Du coup, M.Giudicelli et ses appréciations… Une fois de plus, on a un homme qui se mêle de vouloir contrôler la tenue d’une femme, de lui dicter comment elle doit être habillée ou pas, alors que ça n’a aucun rapport avec le sujet : on parle ici de performance sportive, pas de mode. Lui, il n’aime pas, donc il va falloir réglementer ça. Tant pis si c’est son choix vestimentaire à elle, et une aide à sa santé.

En plus d’être une championne, il faudrait que Serena Williams soit jolie et en jupette, qu’elle se respecte et qu’elle respecte les lieux, plutôt que d’arborer une tenue jugée pas assez esthétique. En lisant ça, on a un peu envie de s’étouffer avec son coca au point qu’il repassera par le nez, et ça fait très mal dans les sinus (voilà maintenant vous comprenez pourquoi je suis énervée)(je rigole, je bois pas de coca justement pour éviter les accidents nasaux).

Le discours de M.Giudicelli a fait scandale, on le remercie pour cette ambassade de la muflerie et du sexisme à la française vers le monde entier. En réponse, Nike a posté cette image pour apporter son soutien à la championne :

 

 

 

En fin de journée samedi, Serena Williams a souhaité calmer la polémique et prôné l’apaisement avec M.Giudicelli : « C’est quelqu’un avec qui il est facile de parler (…) toute mon équipe est française, donc nous avons une relation merveilleuse. Je suis sûre qu’on va parvenir à un accord et que tout sera OK, ce n’est pas quelque chose de grave, tout va bien. »

Je suis sûre qu’avec sa notoriété et les bonnes relations dont elle parle, elle trouvera en effet un accord avec la fédération française de tennis, qui ne peut pas se permettre de s’empêtrer plus avant dans cette affaire vu le tollé suscité. Il aurait été encore mieux qu’elle n’ait pas besoin de négocier sa tenue avec ceux qui prétendent imposer aux athlètes leur façon de s’habiller, plutôt que de se concentrer sur leurs performances sportives.

Ce serait même encore mieux (je suis d’un optimisme incurable) qu’on cesse d’imposer et juger les tenues des femmes sur leur lieu de travail, pour se concentrer sur leur capacités professionnelles.

Cordialement, bisous,

 

Votre Simone, qui adorerait aller au travail en pyjama les matins difficiles…

 

4 Replies to “La combinaison de Serena Williams, ou comment vous dire poliment (non) de vous mêler de ce qui vous regarde”

  1. On se dit qu’y a encore du boulot, hein ? ralala…

    1. C’est sûr qu’on ne va pas chômer, il y a du pain sur la planche… Mais on ne baisse pas les bras!!!

  2. Moi c’est tous ces connards de bourgeois pavoisant sur les gradins que je trouve moches!!! On ne pourrait pas les changer avec de bels gens des quartiers défavorisés, chômeurs, ouvriers…?

    1. On pourrait dire que tout le monde pourrait venir et qu’on jugerait pas l’apparence des gens, et qu’on aurait le droit moche ou beau de profiter du tennis 🙂

Tu veux klaxonner aussi ?

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.