2020, l’année qui commence bien (ou pas)

Salut à toutes et tous mes petites chouquettes,

Ça fait des semaines que mon site et moi tournons au ralenti, malgré les promesses d’un grand article après la soirée autour des violences sexistes et sexuelles au travail. J’en suis désolée, pour Alice d’abord, et pour les autres qui attendaient ces ressources.

Ces derniers temps j’étais pas en forme, sans le réaliser, jusqu’au moment où la fatigue et la démotivation m’ont pété à la figure : il y avait du vrai soucis de santé derrière. Ça n’était pas seulement les grèves et le vélo infernal, l’hiver pourri, les emmerdes au boulot ou l’inquiétude pour des proches, je trimballais un truc tout pourri qui germait depuis des mois, et clairement, mon corps a dit merde. Il s’est mis en grève lui aussi.

J’aime autant vous dire que ça m’a moyennement plu de me retrouver à dormir 20h par jour et à me bourrer de médicaments parce qu’il n’y a de toute façon rien d’autre à faire. Ça n’est pas grave, ça guérit avec le traitement et un peu de temps. Et j’ai toujours l’impression de ne pas en avoir assez, du temps.

J’ai mille projets en tête, mille idées. Je veux boucler cette page sur les violences sexuelles au travail. Je veux organiser mille soirées et groupes de parole au Politicafé, parce qu’en plus là j’ai lu « Ma vie sur la route » de Gloria Steinem, elle parle de son rôle de « community organizer », de l’importance de faire se parler les gens, et ça m’a beaucoup frappée. J’ai envie d’écrire des tas d’articles, d’ouvrir une boutique avec des objets féministes pour financer d’autres projets et verser des sous à des associations. Je voudrais changer de travail (si vous cherchez une super communicante, hyper polyvalente, pensez à moi!) pour quelque chose qui soit plus en accord avec mes valeurs et mes intérêts. Je voudrais lire mille livres féministes, assister à mille conférences, manger mille pizzas après (avec mes copines on a un groupe « Féminisme & pizza » sur WhatsApp, meilleur groupe ever). Je voudrais écrire un livre même si je ne sais pas encore à propos de quoi. Je voudrais faire peut-être un jour des vidéos pour vous parler de pleins de choses, ou lancer un podcast.

J’ai un millier d’idées dans la tête, et je n’avais pas l’énergie physique pour commencer à en réaliser ne serait-ce qu’une seule. Je suis dans une frustration totale, parce que clairement la patience n’est pas mon fort, surtout quand il faut attendre.

Mais ça m’a fait réfléchir aussi. A l’injonction permanente d’être productive. De faire quelque chose, de ne pas PERDRE son temps, d’être sur la brèche pour produire des trucs. De la pression que je me mets toute seule, parce que quand je vois des militantes ou entrepreneuses qui ont réussi des trucs de dingues, j’ai envie de faire pareil. Je voudrais avoir créé La Poudre comme Lauren Bastide, ou écrit « La culture du viol à la française » comme Valérie Rey-Robert, ou réalisé un film aussi bouleversant que « Les rivières » de Mai Hua ou… ou tellement de choses. J’ai la sensation déplaisante d’avoir mille envies, mille ambitions, et de n’en réaliser aucune. Mais comme me l’a dit fort justement mon amie Juliette, déjà, je fais des trucs, pas aussi incroyables, mais je fais. Ensuite, toutes ces personnes dont j’admire et envie tellement les réalisations ont probablement eu mille envies et projets qui ont foiré avant d’en arriver là.

Alors je vais continuer pour le moment à prendre du temps, et essayer d’être indulgente avec l’emploi que je fais de ce fameux temps. Me faire des petits plaisirs, des petits cadeaux pour me requinquer. Dormir vautrée avec le chat (lui il était très content). Prendre le temps de poser mes projets à plat et de réfléchir pour de bon à ce qui est réalisable pour moi.

Et après je reviens, et on fait la révolution.

Tableau de la renaissance représentant des nobles, avec des bulles de BD ajoutées : un homme fait un baisemain à une femme en lui disant "Ô divine créature, en cette nouvelle année 2020, que puis-he apporter qui soit votre voeu le plus cher au monde?". Elle répond cavalièrement "Bob, sans déconner... L'abotlition du patriarcat et du capitalisme, voyons ! Quel farceur sans blague..."

Alors même si ça commence pas super bien 2020, et que je suis super en retard, bonne année, surtout la santé (haha *rire jaune*), prenez soin de vous, et à bientôt pour de nouvelles aventures !

Cordialement, bisous,

.

Votre Simone,
en train de dormir couchée les papattes en rond

.

PS : petit rappel que si vous souhaitez soutenir mon travail, ou la qualité de mon sommeil avec le chat, ou que je puisse m’acheter des livres et moins m’emmerder en ce moment, vous pouvez verser de la menue monnaie sur ma page Tipeee à partir d’un euro par mois, et m’aider ainsi à conquérir le monde !

3 thoughts on “2020, l’année qui commence bien (ou pas)

  1. Coucou,
    Je tombe sur ton article bien à propos, un jour (une semaine, un mois, plusieurs mois…) où j’ai toutes les peines du monde à me concentrer, à me mettre au travail (celui qui paie les factures), à mettre en branle les milles projets et envies (ceux qui remplissent mon âme) qui tournent dans ma tête depuis mille an (ou presque). J’ai exactement les mêmes réflexions que toi en ce moment, ce commentaire est donc d’une inutilité abyssale, ils ne t’aide en rien, et j’en suis désolée…

  2. (et j’ai appuyé sur entrée avant de finir mon commentaire, forcément…)
    Bref, je te souhaite le meilleur pour ta santé, pour commencer, de réussir à te requinquer pour pouvoir ensuite lancer les jolis projets que tu souhaites réaliser 🙂

  3. elle te ressemble beaucoup la divine créature ; quand a son Bob de chevalier servant … on dirait bien ton frère Gaultier qui fait le mariol déguisé en mousquetaire pour em… sa soeur !

Tu veux klaxonner aussi ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.