Dans 23 dodos, les marmottes

Mes petites mouflettes en sucre d’orge,

 

J’avais prévu de vous écrire un fantastique article après être allé prendre en photo toutes les vitrines de Noël des grands magasins parisiens, pour partager avec vous mon émerveillement enfantin. Il se trouve que présentement, je suis plutôt au fond de mon lit en train d’essayer d’éponger mon gracieux petit nez qui se prend pour les chutes du Niagara, après deux jours où j’ai toussé tel un vieux brontosaure asthmatique. S’il y avait encore des dinosaures sur terre, les dinos parigos auraient tous rappliqué chez moi en croyant avoir entendu à des kilomètres un chant nuptial.

Inutile de vous dire que ma carrière naissante de blogueuse glamour en prend un coup.  Je me voyais mal enfiler une magnifique tenue d’hiver pour aller gracieusement papillonner devant les vitrines alors que je suis propre certes, mais hirsute, mal peignée, habillée n’importe comment, et assez proche de la fameuse scène mythique du pull-over–serpillière du film “le Père Noël est une ordure”.  On est très loin des gens parfaits qui ont acheté tous les cadeaux, transformé leur maison en bonbonnière de Noël, et qui font déjà chauffer du chocolat chaud avec des biscuits à la cannelle pour le goûter de ce premier dimanche de l’Avent.

Du coup, j’ai décidé de transformer cet échec du glamour en éloge de la fainéantise:  je ne suis pas sortie de chez moi depuis deux jours, à l’exception de toutes petites courses alimentaires (dans mon état il était indispensable d’acheter des gaufres au chocolat) et je n’ai absolument rien fait de constructif. Genre rien à part manger et me laver. Je culpabilise toujours à l’idée de rester chez moi sans rien faire, même pas un petit peu de ménage, ou alors du dessin, ou un peu de musique, bref ne rien faire du tout est inconcevable. Mais là…  Entre deux épouvantables quintes de toux qui ont fait faire à mon chat des triples sauts périlleux sur la couette de terreur (mon chat est tellement trouillard que ça en devient hilarant), j’ai vaguement somnolé, lu des livres, écouté la radio, re-somnolé, vaguement songé aux cadeaux de Noël et somnolé.

De façon incroyable, l’univers ne s’est pas arrêté de tourner, ma famille ne m’a fait aucun scandale parce que je n’avais pas encore acheté tous les cadeaux, le chat s’en tape de savoir si j’ai installé ou pas la décoration de Noël, bref tout ça n’est pas si grave. Vous savez quoi ? On a encore le temps.

On n’aurait qu’à dire que c’est le Noël des marmottes. Les marmottes ne sont pas des grosses feignasses reniflantes, elles sont mignonnes. Du coup on peut faire les marmottes et prendre son temps pour profiter, parce qu’on a encore 22 dodos avant d’ouvrir les cadeaux….

 

 

Tu veux klaxonner aussi ?