Le bingo-pigeon de l’anti-féminisme

Chère lectrices et chers lecteurs,

Je dois vous l’avouer, je fatigue. Je répète les mêmes arguments en boucle à des gens qui m’opposent tout le temps insultes ou invectives identiques. Outre que c’est usant de voir qu’on patauge toujours dans la même semoule misogyne, j’en ai ma claque de réécrire des réponses strictement identiques chaque jour qui passe, face aux mêmes arguments claqués au sol.

Sérieux, j’ai l’impression de jouer au bingo et de cocher toutes les cases à tour de rôle. J’ai commencé par copier/coller des réponses voire des fils complets que j’avais postés sur Twitter, par lassitude. J’ai laissé mes abonné.es. répondre pour moi, bénies soient ces personnes qui se battent quand je n’en ai plus l’énergie ou l’envie.

On va passer au niveau supérieur : je vais poster ici une série d’articles peut-être plus courts que mes tartines habituelles, pour répondre aux arguments qui sont faux ou ineptes à mes yeux, et je vais expliquer pourquoi.

J’ai fait une belle collecte sur les réseaux sociaux, vous verrez donc apparaître au fur et à mesure de mon inspiration (liste non exhaustive et non chronologique) :

  • Les féministes sont des mal baisées
  • Les féministes sont hystériques
  • Les « néoféministes » actuelles sont beaucoup trop violentes
  • Le féminisme, c’était mieux avant
  • Les féministes détestent les hommes
  • « Pas tous les hommes » et ses déclinaisons « Vous êtes trop méchantes avec les hommes qui ne vous rejoindront pas »
  • Vous vous trompez de combat
  • Vous voulez détruire la séduction, et son corollaire, l’instauration d’une « dictature puritaine » (je rigole 10 minutes à chaque fois que je le croise celui-là)
  • Vous supprimez la justice au profit du tribunal médiatique
  • Vous ne respectez pas la présomption d’innocence
  • Vous desservez la cause des femmes
  • Les femmes commettent aussi des violences
  • Les femmes obtiennent tout le temps la garde des enfants
  • Vous occultez que les femmes tuent leurs enfants et sont majoritaires dans les infanticides (là c’est le wtf total niveau argumentation mais on va quand même le décortiquer)

Ceci, mesdames et messieurs, n’est qu’un très court extrait d’une liste de 250 points que j’ai récoltés, et je les avais déjà presque tous vus passer en réponse à mes messages. Réjouissant, n’est-ce pas ?

Quand on m’enverra des insultes ou critiques, je posterai le lien vers l’article, et basta. J’en fais suffisament pour ne pas devoir répondre individuellement à chaque individu mal luné, ignorant ou agressif qui n’a même pris la peine de creuser un sujet avant de m’insulter.

A ce sujet je vous mets en garde : peu de gens ont vraiment envie de changer d’avis sur le sujet quand ils viennent directement vous expliquer que vous êtes complétement conne, agressive, que vous vous trompez sur toute la ligne, etc. Avec le temps et l’expérience on arrive très vite à repérer ce que j’appelle « des pigeons » suivant une célèbre image : « Argumenter avec un abruti, c’est comme jouer aux échecs avec un pigeon. Il va renverser toutes les pièces en agitant fort ses ailes, chier sur le plateau, et se pavaner dessus comme s’il avait gagné. »

Voir cette publication sur Instagram

💩 #debat #sexisme #feminisme

Une publication partagée par L’empêcheuse de penser en rond (@lempecheuse) le

Ne perdez pas de temps avec ces personnes. Elles vont juste vampiriser votre énergie, retourner avec mauvaise foi tout ce que vous leur opposez, et quand vous arrêterez de répondre par lassitude (voire vous allez craquer et les insulter, ça m’est arrivé), elles vont se rengorger en clamant « Je le savais, vous êtes hystérique et vous n’avez pas d’argument! », ou alors « Voilà vous ne répondez plus parce que vous savez que j’ai raison ! ».

Vous. Ne. Leur. Devez. Rien.

Dans la vraie vie de tous les jours, si un individu vous sortait à sec : « Vous êtes complétement conne », « Espèce de mal baisée », « Vous racontez vraiment n’importe quoi », « Je sais mieux que vous ce que vous devriez faire » et concluait par un brillant « Vous DEVEZ m’expliquer ou me répondre », il est fort probable que vous auriez une réaction sensée : lui claquer la porte au nez. Rien ne vous oblige à vous infliger cette conversation odieuse. Et s’il insistait en passant par la fenêtre parce que vous DEVEZ absolument prendre en compte ses injures sinon vous avez tort, vous appelleriez les flics (oui j’ai des acharnés qui m’insultent, que du coup je bloque, et qui se recréent un autre compte pour protester contre mon absence de considération à leur égard…).

Ne perdez pas votre énergie avec eux. Postez un article en réponse éventuellement pour voir s’ils prennent le temps de le lire et de réfléchir, et ne vous avancez pas plus. Discutez uniquement si ça reste respectueux et constructif. Préservez l’usage de votre énergie, pour vous-même, pour les militantes, pour mener des actions enthousiasmantes, pour vous enrichir, vous.

Les pigeons ne méritent pas notre temps.

Cordialement, bisous,

Simone,
qui en a marre de tourner en boucle

Be the first to reply

Tu veux klaxonner aussi ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.